Le lever et l’ablution matinale des mains

Lois 2

> Le lever

1. Lorsqu’on se réveille le matin, on doit prendre de suite conscience de la « bonté » de Hachem, béni soit-Il, qui nous a rendu notre âme après le sommeil. Pour ce, sur son lit encore, avant même d’avoir procédé à l’ablution des mains, on remercie Hachem en récitant avec joie le” "Modé Ani" (“Je Te suis reconnaissant, Roi vivant et éternel, de m’avoir rendu mon âme avec miséricorde ; grande est Ta fidélité”).

>> Grande est Ta fidélité

Pourquoi dit-on cela le matin? Parce que tous les soirs, en allant dormir, l’homme remet son âme entre les mains de Dieu et dit: " Entre Tes mains, je dépose mon souffle" (prières du coucher). Puisque l’homme a commis de nombreuses fautes au cours de la journée, il aurait été juste que Hachem ne lui rende pas son âme. Malgré cela, Hachem est fidèle et lui rend son âme chaque matin. De plus, Hachem reçoit une âme affaiblie et sans force, et dans Sa grande miséricorde, Il la renouvelle et rend à l’homme une âme forte et apaisée, remplie de forces nouvelles et rafraîchie. C’est pour tout cela que nous nous exclamons "grande est Ta fidélité".

2. Après avoir récité le “Modé ani”, il est bon de prier et dire: “Yéhi ratsone etc.” (Que ce soit Ta volontéêt et soumis, que je ne me mette point en colère ni ne provoque Ta colère).

3. Ensuite, on ne traînera pas dans son lit inutilement, mais on se lèvera comme un lion, avec zèle, pour se préparer à la prière du matin.

>> Conseil pratique

S’il nous est difficile de nous lever le matin, par fatigue ou par paresse, on pensera: si on me proposait une bonne affaire qui me ferait gagner beaucoup d’argent, je me lèverais promptement. A plus forte raison doit-il en être ainsi pour le service du Maître du monde, Roi des rois, dont la valeur est bien plus élevée… C’est un principe connu que si l’on s’habitue quatre ou cinq fois à se lever rapidement du lit, cette conduite se transforme en seconde nature et on n’aura plus de difficulté dans ce domaine. De plus, "celui qui vient se purifier reçoit une aide particulière du Ciel".

> L’ablution des mains au lever

4. Après s’être levé de son lit, on se lavera immédiatement les mains à partir d’un kéli (un ustensile, que ce soit une tasse de “Nétila” ou un verre, mais pas directement du robinet) à trois reprises et alternativement sur chaque main, afin d’ôter l’impureté de ses mains. L’ordre de la Nétilat yadayim (ablution des mains) du lever est le suivant :  on prend le récipient rempli d’eau de la main droite et on le transmet à la main gauche, qui verse de l’eau sur la main droite une première fois. Puis, c’est au tour de la main droite de verser sur la main gauche. On répétera cette opération une seconde puis une troisième fois. C’est uniquement de cette manière que disparaît définitivement l’impureté de la nuit présente sur les mains.

5. Avant de s’essuyer les mains, on récite la bénédiction de ”’Al nétilat yadayim” (Qui nous as sanctifiés par Tes commandements et nous as prescrit l’ablution des mains), puis on s’essuie aussitôt les mains. Il faut veiller à ne pas s’essuyer en même temps que l’on récite la bénédiction, puisqu’il est interdit de faire tout travail en récitant une bénédiction, y compris un simple geste. C’est uniquement après avoir terminé de réciter la bénédiction que l’on commence à s’essuyer les mains.

6. Il est interdit à quelqu’un qui éprouve la nécessité de faire ses besoins de réciter une bénédiction. Par conséquent, si en se réveillant on ressent l’envie de faire ses petits besoins, il est recommandé de se soulager en premier lieu, et ensuite de faire la Nétilat yadayim avec bénédiction. Cependant, dans le cas où il s’agit des grands besoins, on ne retardera pas l’ablution des mains, mais on se lavera tout d’abord les mains sans bénédiction” (même si le besoin n’est pas très urgent), puis on ira se soulager. Ensuite, on procèdera à une seconde ablution des mains, avec bénédiction cette fois. Cependant, celui qui ne ressent pas vraiment le besoin d’aller aux toilettes fera la bénédiction dès la première ablution.

7. Il est interdit d’après le Zohar de marcher plus de quatre coudées (deux mètres environ), sans avoir fait Nétilat yadayim auparavant. C’est la raison pour laquelle il est bon de préparer auprès de son lit un récipient rempli d’eau ainsi qu’une bassine pour y pratiquer l’ablution. Dans ce cas, il vaut mieux ne pas réciter la bénédiction ni étudier auprès des eaux impures de l’ablution sans les avoir recouvertes ou y avoir ajouté un révi’ite (81 ml) d’eau.

8. Si on n’a pas de kéli à disposition près de son lit, on parcourt une distance inférieure à quatre coudées (deux mètres environ) puis on s’arrête un court instant, on parcourt à nouveau moins de quatre coudées pour s’arrêter encore, et ainsi de suite jusqu’à arriver au robinet. On se conduira ainsi même si le robinet se trouve dans la même pièce. Tout cela s’applique uniquement si on était endormi à l’heure de ‘Haçote (la mi-nuit). Par contre, si on s’est réveillé avant ‘Haçote, ou que l’on est allé se coucher après ‘Haçote, l’esprit d’impureté n’a pas autant d’emprise, et il est permis de marcher plus de quatre coudées avant d’avoir procédé à l’ablution des mains.

9. Celui qui se réveille pendant la nuit pour aller aux toilettes ou pour boire par exemple, avec l’intention de retourner dormir jusqu’au matin, fera la Nétilat yadayim trois fois alternativement avec un kéli, pour faire disparaître l’impureté de ses mains (et être en mesure de réciter la bénédiction de Achère Yatsar après ses besoins ou “Chéakol” avant de boire de l’eau). Il ne récitera toutefois pas de bénédiction sur cette ablution. Lorsqu’il se réveillera le matin, il fera de nouveau la Nétilat yadayim à partir d’un kéli, en récitant cette fois la bénédiction de “’Al nétilat yadayim”.

10. Il faut veiller à ne pas se toucher la bouche, le nez, les yeux (même se frotter les paupières), les oreilles, ou tout autre orifice du corps, avant la Nétilat yadayim, car l’esprit d’impureté qui plane sur les mains peut porter nuisance à ces organes.

11. Il convient également de prendre garde à ne pas toucher tout aliment ou boisson pour ne pas les impurifier. A postériori, si on a touché des aliments avant l’ablution des mains, cela dépend: s’il s’agit d’aliments qu’il est possible de rincer comme des fruits ou des légumes, il faudra les rincer sous l’eau à trois reprises; si par contre ce sont des aliments mous qu’il est impossible de rincer sans les abimer, comme du pain par exemple, on pourra, d’après la loi stricte, autoriser ces aliments à postériori, à plus forte raison si ce sont des petits enfants qui les ont touchés. Malgré tout, celui qui s’abstient de les consommer sera digne de bénédiction. Si c’est un non-juif qui a touché les aliments ou les boissons, on pourra les consommer sans aucun problème.

12. Il est permis de méditer de paroles de Torah avant l’ablution matinale des mains.

13. Si, après avoir fait la Nétilat yadayim, on touche la main de quelqu’un qui ne l’a pas encore faite, on doit procéder à une nouvelle ablution, mais sans bénédiction. Cette règle s’applique uniquement pour la Nétilat yadayim du matin ; par contre, si on touche la main d’une personne qui ne s’est pas lavé les mains après avoir été aux toilettes, on n’aura pas besoin de se laver les mains.

14. On doit s’efforcer de procéder à l’ablution des mains des petits enfants et même des bébés, puisqu’ils peuvent en venir à toucher des aliments et les rendre impurs. En outre, c’est une ségoula pour que les enfants grandissent dans la pureté et la sainteté. Toutefois, celui qui touche la main d’un enfant qui n’a pas encore fait la Nétilat yadayim, n’a pas besoin de procéder à une nouvelle ablution des mains.

15. Après s’être lavé les mains, c’est une mitsva de se laver également le visage et de se rincer la bouche, afin d’être propre en l’honneur du Créateur. De plus, cela contribue à se maintenir en bonne santé.

Unknown

Tefila web