Prière de ’Arvit & Prière de la lune

> Prière de 'Arvit

1. A priori, il convient de prier ‘Arvit après la sortie des étoiles. Cependant, en cas de besoin, on peut être moins strict et commencer la prière de ‘Arvit dès le coucher du soleil, en prenant soin de réciter à nouveau le “Chéma’ Israël” après la sortie des étoiles.

2. On a l’habitude de lire le psaume “Barékhi nafchi” avant la prière de ‘Arvit de Roch ’Hodèche. Le “Ba’al hatourime” explique le lien entre ce psaume et le début du mois (lunaire) par la présence du verset “’Assa yaréa’h lémo’adime” (Il a créé la lune pour marquer les temps). Une autre explication est donnée par le Zohar: les justes au paradis récitent ce psaume à chaque Roch ’Hodèche. Il y aussi une allusion supplémentaire à la néoménie dans ce psaume puisque les termes “’Assa yaréa’h lémo’adime” ont pour valeur numérique 793, qui est le nombre de fractions (“’halaqime) de la lunaison (la Lune faisant le tour de la Terre en 29 jours 12 heures et 793 “’halaqime”).

3. À la sortie du chabbat, on a l’habitude de réciter avant la prière de ‘Arvit le psaume “Lédavid baroukh A-donaï çouri” sur une mélodie particulière. Le Rav Israël Moché ’Hazan a fait remarquer que tous les juifs du monde, qu’ils soient d’Asie, d’Afrique ou d’Europe, séfarades, ashkénazes ou italiens, chantent tous ce psaume sur la même mélodie à quelques variations près. C’est pourquoi il pense que cet air provient d’une époque ancestrale, et il semblerait avoir été le refrain de guerre des soldats du roi David. Certains ont l’habitude de réciter aussi avant ‘Arvit d’autres versets et paumes, qui figurent dans les livres de prière.

4. Si on n’a pu prononcer les versets “A-donaï tsévaot ’imanou” ou “Véhou ra’houme” avant de répondre au “Barékhou”, on ne peut pas les dire entre “Barékhou” et le début de la prière, mais on les récitera après la prière.

5. Si on achève la bénédiction de “Hachkivénou” par “chomère èt ’amo Yisraèl la’ad” avant l’officiant ou le reste des fidèles, on doit répondre Amen à leur bénédiction, ainsi qu’à toute autre bénédiction.

6. Si on a prié avec tout juste dix hommes et que six d’entre eux ont terminé leur prière, on peut déjà réciter le qaddiche.

7. On doit s’efforcer de réciter avec ferveur le psaume 121 “Chir lamma’alot éssa énaï”, ce qui est une ségoula pour la réussite.

8. On avait coutume à Djerba de réciter “Kol Israël yéch lahèm ’hélèq la’olame habba etc.” (Tout Israël a une part au monde futur) après ‘Arvit (en Lybie, l’usage était d’ajouter aussi: “Amar Rabbi Chim’one ben Laqiche etc.”, soit: Rabbi Chim’one ben Laqiche disait: tout celui qui étudie la Torah de nuit, Dieu étend sur lui un fil de bonté le jour, comme il est écrit: "Puisse l’Eternel mettre Sa grâèvres, ma prière au Dieu vivant"). On conclut par “Rabbi ’Hanania ben ’Aqachia omère” et on récite le “qaddiche ’al Yisraèl”.

> Prière de la lune

>> Recevoir … la Présence Divine!

Rabbi A’ha bar ’Hanina rapportant les paroles de Rabbi Assé au nom de Rabbi Yo’hanane: Tout celui qui bénit le mois en son temps est considéré comme ayant reçu la Présence divine. Par ailleurs, nos Sages ont dit: reçois tout homme avec joie. Combien doit-on bénir sur la lune avec joie, puisqu’il s’agit de recevoir la Présence divine!

9. Celui qui voit la lune à son renouveau, en début de chaque mois, doit réciter la prière de la lune, afin de remercier Dieu de renouveler la lune, après qu’elle ait été soustraite à notre vue depuis la fin du mois précédent.10. La prière de la lune se récite de nuit, lorsque la lune brille et que l’on profite de son éclat. Pour cela, on attend que sa lumière éclaire, soit au minimum sept jours depuis la nouvelle lune (“molad”) ; elle nous apparait alors comme un demi-cercle et illumine radieusement la Terre. (Il y aussi une raison ésotérique à ce délai). Par exemple, si la nouvelle lune commence le lundi soir 1er Nissane à 20 heures, on peut faire la prière de la lune à partir du lundi soir de la semaine suivante, le 8 “Nissane “à partir de 20 heures. [Si durant la saison hivernale le ciel est constamment nuageux, comme en France, on risque de manquer totalement la prière de la lune en attendant systématiquement le huitième jour. On pourra dans ce cas permettre de la réciter à partir du quatrième jour, si l’occasion se présente.]

11. On peut réciter cette prière jusqu’au quinzième jour inclus à partir de la nouvelle lune (dans notre exemple, jusqu’au mardi soir 16 Nissane inclus). Le dernier soir, il peut arriver que l’on ait dépassé l’instant de la mi-lunaison (soit 14 jours 18 heures et 22 minutes après le “molad” ; dans notre exemple mercredi soir à 2h22 du matin), la lune étant entrée dans sa phase de déclin. Il y a alors une controverse: certains pensent que l’on peut quand même réciter la bénédiction, d’autres sont d’avis qu’on la dira sans mentionner le nom de Dieu.

12. On ne peut faire la prière de la lune si des nuages la recouvrent, même s’il s’agit de légers nuages, mais on attendra que la lune soit entièrement visible. Cependant, si cela risque de nous faire manquer la bénédiction, on peut bénir sur une lune même légèrement voilée, tant que sa lumière est apparente au travers du nuage.

13. Il est bien de faire la prière de la lune à la sortie de chabbat, puisqu’alors on est encore parfumé et dignement vêtu. Cependant, en hiver, lorsque le temps est généralement nuageux, il convient réciter la prière de la lune dès que possible.

14. La mitsva est embellie lorsque la prière de la lune est récitée avec un minyane. En l’absence de minyane, on veillera à former un groupe d’au moins trois personnes. Néanmoins, cette prière peut être récitée même par un particulier. Si le moment de faire la prière est arrivé, il convient de la faire seul plutôt que de l’ajourner pour bénir avec dix hommes, car il est plus important de faire preuve de zèle et de se montrer empressé d’accomplir les préceptes de Dieu que de veiller à réunir dix hommes.

15. A priori, il convient de se tenir debout à ciel découvert pour faire la prière de la lune. En effet, on accueille par-là la Présence Divine, et ce n’est pas de chez soi que l’on accueille un roi, mais on sort au dehors pour l’accueillir. Toutefois, en cas de nécessité, comme dans le cas d’un malade ou pour une personne âgée qui ont des difficultés à sortir, on peut permettre de faire cette prière depuis sa maison ou la synagogue, en observant la lune par la fenêtre. La bénédiction doit néanmoins être récitée debout, comme il sied à l’accueil d’un roi.

16. Avant la prière de la lune, on doit joindre les pieds comme pour la ‘Amida. En disant: “Ki èr-é chamékha etc.”, on doit observer la lune puis commencer de suite la bénédiction. Celui qui a l’habitude de dire le “Léchème yi’houd” après le verset “Ki èr-é chamékha etc.”, doit regarder à nouveau la lune avant la bénédiction, puis immédiatement, baisser ses yeux et commencer à bénir. On ne devra pas fixer la lune au moment même où on récite la bénédiction.

17. Après la bénédiction, on dit face à la lune: "Puisse-tu être un bon signe pour nous et pour tout Israël", c’est-à-dire qu’on pense que le renouveau de la lune soit un bon signe pour nous, le peuple d’Israël, qui, à son image allons avoir un renouveau et retrouver notre grandeur passée. C’est pourquoi, la version exacte est “simmane tov” (un bon signe) et non “bésimmane tov” (avec un bon signe) ; de même il faut dire “tihyi” (à la deuxième personne), comme pour dire: toi la lune, tu seras un bon signe pour nous".

18. Après la prière de la lune, on a l’habitude de dire “Chalome ’alékhème” trois fois. L’habitude à Djerba et dans certaines communautés est de dire aussi le nom “Yiç’haq” trois fois.

19. Après la bénédiction de la lune, on a coutume de secouer les coins de ses vêtements. Notre maître le Ari zal avait coutume de secouer les franges de son petit Talit.

20. Les décisionnaires ont des avis controversés pour le cas d’un aveugle. Certains pensent qu’il doit réciter la prière de la lune, d’autres non ; c’est pourquoi, il ne la récitera pas. Il est bon, toutefois, qu’il pense à s’acquitter en écoutant la bénédiction récitée par l’officiant, après lui avoir préalablement demandé de penser à l’acquitter.

21. Un endeuillé doit attendre, si possible, la fin des sept jours de deuil avant de faire la prière de la lune, car il n’est pas en état de joie. Cependant, si l’attente risque de lui faire perdre la possibilité de faire cette prière, il la récitera pendant les sept jours de deuil.

>> De manière claire

On doit veiller à prononcer chaque mot de la prière de la lune, de manière claire et posée, puisqu’on reçoit par-là la Présence divine. Comment le faire en jetant des mots à la hâte et en avalant des lettres et syllabes!?

Tefila web