Règles relatives au Tsitsit (franges rituelles)

>> Equivalent aux 613 mitsvot

Nos Sages ont vanté tant et plus la mitsva des tsitsit, jusqu’à dire qu’elle est équivalente aux 613 mitsvot. Ils ont ajouté: tout celui qui pratique scrupuleusement la mitsva des tsitsit méritera d’être servi par deux mille huit cents serviteurs. Ils ont encore enseigné: celui qui prend soin d’accomplir la mitsva des tsitsit méritera des vêtements d’apparat.

> Règles relatives au Tsitsit (franges rituelles)

1. Il faut séparer les fils du tsitsit les uns des autres, de façon à ce qu’ils ne soient pas emmêlés. On rapporte au nom du Ari zal l’allusion suivante :  en hébreu, le mot tsitsit forme l’acrostiche de la phrase "Le juste sépare en permanence ses franges". Le chabbat également, il est permis de séparer des fils du tsitsit qui sont emmêlés. (Cependant, après avoir noué les fils au Talit, il sera interdit de les séparer pour la première fois un chabbat, car c’est assimilé au travail interdit de faire la finition d’un objet).

2. A chaque fois que l’on se revêt du Talit, il convient de vérifier qu’aucun fil du tsitsit n’est déchiré (de telle manière que cela le rend inapte à la mitsva), car dans ce cas on porterait un habit à quatre coins sans tsitsit valables, et on prononcerait de plus une bénédiction en vain. Cependant, si quelqu’un arrive en retard à la synagogue, il peut s’appuyer sur sa précédente vérification sans procéder à un nouvel examen, afin de ne pas manquer certains passages de la prière. Un Talit” qui est toujours rangé dans sa pochette ou dans un endroit protégé n’a pas besoin d’être vérifié du tout.

3. La règle est que "l’accomplissement des mitsvot nécessite une intention particulière", ce qui signifie que chaque fois que l’on pratique une mitsva, on doit la faire dans l’intention d’accomplir l’ordre de Dieu. Ainsi, en s’enveloppant du Talit, il faut penser à accomplir la mitsva des tsitsit. Il faudra aussi avoir comme intention supplémentaire que l’on porte un Talit afin de se souvenir et d’accomplir toutes les mitsvot de Dieu, comme le dit le verset: "Dis-leur de se faire des franges aux coins de leurs vêtements […] Ainsi vous vous rappellerez et vous accomplirez tous Mes commandements". Celui qui n’a pas eu cette intention particulière est acquitté de la mitsva des tsitsit a fortiori seulement. C’est la raison pour laquelle il est recommandé de lire le “Léchème yi’houd” avant la bénédiction sur le Talit, dans lequel cette intention est mentionnée explicitement.

4. Lorsqu’on récite la bénédiction sur le grand Talit le matin, on doit penser à acquitter également le Talit katan avec lequel on a dormi pendant la nuit.

5. La mise du Talit s’effectue comme suit :  on saisit le Talit avec les deux mains et on récite la bénédiction de “Léhit’atèf bétsitsit”. Immédiatement après la bénédiction, on s’enveloppe la tête avec le Talit de façon à ce que les quatre coins pendent par devant, deux coins de chaque côté. On prend ensuite tout le pan du Talit se trouvant du côté droit et on le jette en arrière, sur le dos, par-dessus l’épaule gauche, puis on saisit le pan gauche et on le fait également passer en arrière, du même côté. Les quatre coins du Talit se trouvent ainsi à l’arrière (à la manière des bédouins). On demeure dans cette position le temps qu’il faut pour parcourir quatre coudées, soit environ trois secondes. Enfin, on fait descendre le Talit sur le corps, de façon à ce qu’il y ait deux coins du Talit à l’avant et deux coins à l’arrière, afin d’être entouré par des mitsvot. (Dans le “siddour Ich Maslia’h”, des photos ont été jointes pour illustrer la mise du Talit).

6. Lorsqu’on s’enveloppe la tête du Talit comme décrit précédemment, il ne faut pas se recouvrir les yeux avec le Talit. Ceux qui ont pris cette habitude font une erreur car ceci n’est pas une façon de s’envelopper. Il faut aussi prendre soin de ne pas se couvrir la bouche à la manière des endeuillés, Dieu préserve. Ainsi, lorsqu’on jette le pan droit du Talit du côté gauche, on le fait passer autour du cou uniquement.

7. Après cela, on étend le Talit le long du corps. Ceux qui le portent autour du cou uniquement, comme une écharpe, ne sont pas acquittés de la mitsva de tsitsit, et la bénédiction qu’ils ont prononcée sera vaine. En effet, se revêtir du Talit consiste essentiellement à s’en couvrir le corps.

8. Après avoir fait descendre le Talit sur soi, il est bon de réciter certains versets: “Ma yaqar ’hasdékha etc.”, mentionnés dans le siddour.

9. Il est bon de se couvrir la tête avec le Talit jusqu’à la fin de la prière afin de prier avec recueillement, car se couvrir ainsi incline l’homme à l’humilité et à la crainte du Ciel. Selon l’avis de notre maître le Ari zal, il faut également recouvrir les Téfilines de la tête avec le Talit.

10. Il est bon de regarder régulièrement les fils des “tsitsit, “comme il est dit: "Vous le verrez et vous vous souviendrez [de tous les commandements de Hachem]". Cela a également pour vertu de préserver l’âme de la tentation. En particulier, il faut regarder les franges lorsqu’on récite la bénédiction, avant de s’envelopper du Talit.

11. Si le Talit est entièrement tombé à terre par inadvertance, il est nécessaire, selon l’avis de Marane Rabbi Yossef Qaro, de réciter une nouvelle fois la bénédiction avant de s’en envelopper à nouveau. Cette opinion est cependant controversée. Dans la pratique, on ne récitera pas la bénédiction, suivant le principe qu’en cas de doute concernant une bénédiction, on s’abstient.

12. Si on a retiré son Talit avec l’intention de le remettre peu de temps après, par exemple pour se rendre aux toilettes, on ne doit pas réciter la bénédiction lorsqu’on revêt le Talit de nouveau. Par contre, s’il s’est écoulé plus d’une demi-heure après qu’on l’ait ôté, on considère que notre esprit s’est détourné de la chose (“hésséa’h hadda’at”), et on devra réciter la bénédiction une nouvelle fois.

> Talit katan

13. Il est recommandé de porter un Talit katan sous ses vêtements durant la journée. En effet, le but de la mitsva de tsitsit est de nous rappeler les commandements divins, ce qui s’applique à chaque instant de la journéèlement aux cinq livres de Torah. De plus, il y a quatre coins dans le Talit afin de nous rappeler les mitsvot quelle que soit la direction que l’on prend. Quant à celui qui peut embellir la mitsva en portant un “Talit katan “en laine, heureux est son sort! Il accomplit un commandement positif de la Torah à chaque instant, et son salaire est infini.

14. Certains décisionnaires pensent qu’on récite la bénédiction “Léhit’atef bétsitsit” sur le Talit katan. D’autres sont d’avis que l’on doit plutôt réciter “Al mitsvat tsitsit”. En pratique, l’habitude s’est répandue de ne pas réciter du tout de bénédiction sur le “Talit katan “lorsqu’on s’en vêt le matin, mais on pense à s’en acquitter lorsqu’on récite la bénédiction sur le grand Talit. Cela est dû au fait que, bien souvent, le Talit katan n’a pas les mesures minimales permettant de réciter la bénédiction selon tous les avis. Cependant, celui qui ne compte pas revêtir par la suite le grand Talit, par exemple s’il a changé de Talit katan en milieu de journée, ou s’il remet son Talit katan après l’avoir ôté pour la sieste, pourra dans ce cas réciter la bénédiction de “’Al mitsvat tsitsit" “sur le Talit katan. Il faudra toutefois s’assurer que le Talit katan ait les mesures requises pour s’acquitter de la mitsva selon la majorité des décisionnaires, c’est-à-dire une longueur de deux coudées (96 centimètres), sur une largeur d’une coudée (48 centimètres), sans compter l’ouverture du col. Celui qui veut également s’envelopper la tête du Talit katan de la même manière que pour le grand Talit (cf. paragraphe 3), doit alors réciter la bénédiction de “Léhit’atef bétsitsit”, selon tous les avis. Notre maître le Ari zal avait coutume d’agir ainsi.

> Quelques-unes des vertus de la mitsva de tsitsit:

- Elle préserve de la faute.

- Elle préserve du mauvaise oeil.- Elle protège des anges accusateurs et malfaisants.

- Elle préserve de la colère.

- Elle sauve de l’enfer.- Par son mérite, on reçoit la longévité.

- Elle fait mériter la résurrection des morts.

Tefila web