CHEMOT: MISÉRICORDE: QUALITÉ DU PEUPLE D'ISRAEL

שמות

 

« … ותרד בת פרעה לרחוץ על היאור... ותראהו את הילד והנה נער בוכה, ותחמול עליו »

« La fille de Pareô descendait pour se laver dans le Nil… elle a vu l’enfant, qui pleurait, elle a eu pitié de lui»

 

Nos Sages s’interrogent sur le lien entre ces deux faits.

Notre Grand Maitre le Rav de Solowesik ל''זצ , rapporte dans Talélé Oroth, les paroles de nos Sages selon lesquelles, la fille de Pareô n’est pas venue simplement se laver dans le Nil, mais elle est venue se laver « des idolâtries de sa maison paternelle » : Elle est venue plonger dans le Nil comme pour se convertir.

D’où Nos Sages ont-ils pu déduire cet enseignement ?

Il explique selon le Midrash, que l’ange Gavriel a frappé Moché à peine âgé de trois mois et abandonné sur le Nil afin qu’il pousse des cris et qu’il pleure, le tout pour provoquer la pitié de la fille de Pareô.

Or, ces qualités de bonté et de miséricorde sont l’apanage unique du peuple d’Israël. Ainsi, si la fille de Pareô était idolâtre, elle n’aurait jamais éprouvé cette pitié pour sauver le futur libérateur d’Israël compte tenu du décret imposant la mise à mort de tout nouveau-né juif.

Un tel courage démontre que la fille de Pareô s'était rendu au nil pour devenir une fille d’Israël et qu'elle s'y été emergée comme dans un Mikwé, acquérant ainsi les qualités spécifiques du peuple d’Israël : le trio comprenant la bienfaisance, la miséricorde et la timidité.

Tefila web