CHEMOT: MOCHÉ NOUS APPREND LE RESPECT DE L'AUTRE

שמות

« ויאמר... שלח נא ביד תשלח »

«  Et Moché dit : « envoie s’il te plait par qui tu veux envoyer »

Les hébreux se trouvaient en Egypte. L’esclavage est de plus en plus dur. Moché a dû fuir l’Egypte et est allé à Midyane, chez YTRO.

C’est là que D… se dévoile à lui pour la première fois et lui demande d’aller retourner en Egypte, afin de libérer le peuple Hébreu, de la main de Pareô et des Egyptiens.

Curieusement, Moché refuse. Nos sages racontent que pendant sept jours l’Eternel apparaissait à Moché et réitérait sa demande, et Moché refuse toujours.

Au septième jour, D… l’a menacé ! Et Moché a dû obéir.

Comment peut-on expliquer cette attitude de Moché ?

Dans LEKAH TOV, on insiste sur un point essentiel dans le comportement de l’individu : «  le RESPECT de l’autre »

En effet, on ne peut accuser Moché d’égoïsme ! Loin de là, quand il était déjà en Egypte, élevé dans le palais royal de Pareô, il sortait dans le pays et voyait la souffrance des Hébreux. Nos sages racontent qu’il venait les réconforter et même porter avec eux des briques sur ses épaules…

Alors pourquoi refusait-il pendant 7 jours d’aller les libérer ?

La réponse est donnée dans le Midrach : Moché a dit : «  mon frère Aharone est plus âgé que moi. De plus il est prophète. C’est à lui que revient l’honneur de diriger et libérer les Hébreux.

Mais c’est D… qui lui demande de prendre ce rôle et que les bnei israel souffrent ?

En réalité, Moché était convaincu qu'un ordre de D... ne pouvait en même temps entrainait un élement négatif: la déception ou la vexation de son frère ainé, si Moché prenait la direction du peuple juif.

Quelle leçon !

Souvent, nous sommes confrontés à de telles situations, où pour notre honneur, on fait avancer des arguments tels que : c’est une grande Miswa, il faut agir vite…mais nos sages nous enseignent que cela n’est pas valable. Derrière cette soi-disant Miswa, ne se cache-t-il pas un sentiment d’honneur ou de fierté !!

Dans ce cas il faut se retirer.

« Veiller au respect de l’autre » : c’est ce que nous enseigne notre grand Maitre Moché Rabbenou !

Attention de ne pas blesser ou vexer son prochain !

Afin d’atteindre un but si sacré soit-il tous les moyens ne sont pas permis et surtout pas de blesser un enfant d’Israël.

Tefila web