BO: PROMESSE DONNÉE-PROMESSE TENUE

בא

 

« …דבר נא באזני העם »

« Parle s’il te plait, aux oreilles du peuple… »

 

Dans cette Paracha, on décrit la libération des Hébreux de l’esclavage de l’Egypte, après les trois dernières plaies, dont la dixième, celle de la mort des premiers nés.

Auparavant, l’Eternel s’adresse à Moché et lui demande de parler aux enfants d’Israël, qu’ils aillent emprunter chez les Egyptiens des ustensiles, or, argent et autres.

Nos sages expliquent que l’Eternel a justifié cette demande : « Afin que ce juste patriarche: Avraham, ne dise pas que j’ai accompli seulement une partie de la promesse (ils seront asservis durement) et non la seconde partie. (Et ils sortiront avec des grandes richesses !).

Nos sages s’interrogent sur cette argumentation : « Et si Avraham ne dit rien, aurait-on imaginé que l’Eternel ne peut pas accomplir sa promesse (ח''ו) !

Notre grand maître le Gaon de Wilna zatsal, explique qu’en réalité, la plus grande richesse est celle que les Hébreux vont récupérer des chars Egyptiens après la traversée de la mer rouge. Et cela, les Hébreux le savaient. Ils n’avaient donc pas besoin de demander des richesses aux Egyptiens, en Egypte. Ils préféreraient que ce soit les Egyptiens eux-mêmes qui transportent cette richesse jusqu’à leur destination : la mer rouge.

C’est ainsi que lorsque la TORA décrit que les Egyptiens ont donné beaucoup de biens aux Hébreux, EN EGYPTE, il est écrit : « וישאילום » et nos sages expliquent : ils leurs ont donné « DE FORCE » = « בעל כרחם ». Et selon une version : ils ont forcée les Hébreux à prendre les biens. Car les Hébreux ne voulaient pas assurer eux-mêmes le transport !! Ils voulaient sortir LEGERS ! Et obliger les Egyptiens à transporter tous ces biens à leur destination.

C’est pour cela, que l’Eternel a supplié Moché de demander aux Hébreux de prendre les biens en Egypte: rassurer le patriarche Avraham qui lui ignorait que ses enfants heriteront necessairement des chars egyptiens après leur sortie d'Egypte. 

 

Tefila web